(+33) 06 81 89 81 62 isabelle.mbj@gmail.com

Un véritable coup de coeur…

Cette maison dont nous sommes tombés sous le charme est idéalement placée et très au calme, à 900 mètres de l’océan. Elle est l’ancienne demeure au XVIIème siècle d’un marchand de toile de lin, puis un ancien corps de ferme. Elle est originale avec ses cheminées et son escalier de pierres.

Ici, plus de champs de lin, plus de ferme…

Changement d’époque, changement de fonction mais la richesse de l’architecture de l’époque a été préservée afin de vous faire partager un peu de la vie en Bretagne.

Un peu d’histoire…

L’histoire de cette maison commence au XVIIème siècle,

à Pen ar Prat (“bout de la prairie” en breton).

Plouescat ne peut s’enorgueillir de posséder de magnifiques châteaux mais on compte sur son territoire des maisons de caractère plus modestes mais toutes aussi intéressantes.
Pen ar prat en est l’une d’elles.

Cette maison, datant du 17ème siècle, était la demeure d’une lignée de paysans aisés du temps où le lin constituait la richesse principale du pays du Léon. Il s’agirait de paysans producteurs de lin et marchands de toile du Léon.

Sur 25 mètres, sur une même longère, Pen ar Prat regroupe une maison d’habitation inscrite au patrimoine des communes du Finistère, une maison de débarras, une écurie et 2 soues à porcs.

La cour, ancienne aire à battre est limitée à l’Ouest par une remise (karrdi) et à l’Est par une étable et une petite grange.

L’ensemble a subi peu de modifications depuis le 17ème siècle : agrandissement des fenêtres, jointoiement des pierres de la façade sud et des pignons, réfection de la toiture et de la cheminée est qui penchait dangereusement.

Elle appartenait à la famille Le  Duff depuis le 17 juin 1938.

Le bâti des anciens répondait la plupart du temps à une logique climatique, structurelle et constructive singulière.
Construite avec de gros blocs de granit taillés pour les murs, des ardoises pour la couverture, elle en a gardé aussi d’autres particularités des constructions de cette époque :

 

  • des chevronnières maçonnées en blocs triangulaires se terminant par des corbelets,
  • un linteau, malheureusement en partie martelé où seules 3 lettres gravées sont encore lisible,
  • 2 élégantes cheminées, dont une à couronnement arrondi à l’ouest,

.

  • un large escalier de pierre à l’intérieur de la maison.
  • au nord, un puits maçonné et une grande auge de pierre.
  • un bel ensemble en pierres.

.